PME : se lancer dans la transformation digitale

Leave a comment
A la une / Content Therapy

La transformation digitale : chacun a son opinion sur le sujet, mais personne ne peut vraiment en donner une définition claire. Dans le cas des PME, cela reste souvent un concept flou qui paraît hors de portée. La transformation digitale est cependant incontournable, ne serait-ce que pour rester compétitif et sur la même longueur d’onde que ses clients. Alors pourquoi la transformation digitale est-elle importante pour une PME et en quoi consiste-t-elle ?

Se digitaliser pour mieux faire son métier

La transformation digitale, c’est la mise en oeuvre des technologies digitales dans les différentes activités de l’entreprise dans un but d’efficacité et de simplification des processus. On pense tout de suite à la présence de l’entreprise sur le web, mais ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. On peut également digitaliser son stock, la gestion de sa base client, son service après-vente, sa logistique, ses relations avec les fournisseurs, sa comptabilité, etc.

Lorsqu’on dirige une PME, on a besoin de pouvoir se concentrer sur son métier et c’est là tout l’intérêt que peut présenter une transformation digitale : les outils digitaux ont pour vocation de simplifier les processus de l’entreprise et régler d’éventuels problèmes. En d’autres termes, l’automatisation, les bases de données, l’intelligence artificielle sont là pour nous faciliter la vie et tout le temps que l’on ne passe pas à se préoccuper de questions de comptabilité ou de logistique, on le passe à faire ce que l’on fait de mieux : son métier.

La structure d’une PME est généralement plus agile, possède une organisation plus légère et nécessite des investissements de démarrage plus modestes que les grands groupes. L’implémentation d’outils digitaux bien adaptés à ses besoins et à sa taille peut être un réel avantage compétitif.

Se digitaliser pour rester compétitif

On l’a déjà dit, la transformation digitale est incontournable :

Elle permet d’être en phase avec des clients qui se digitalisent :

  • en ayant une offre disponible et visible là où ils vont se renseigner ou faire leurs achats (souvent en ligne)
  • en gérant la relation avec eux, une nécessité avec des consommateurs de plus en plus exigeants et des coûts de fidélisation nettement inférieurs aux coûts de recrutement (même en ligne)

Elle permet également d’être phase avec la compétition. Il faut pouvoir offrir, à minima, des prestations équivalentes à celles des concurrents qui se digitalisent. Au delà de leur permettre de mieux servir leurs clients, ils améliorent leur efficacité et font diminuer leurs coûts de fonctionnement.

Aborder la digitalisation lorsqu’on est une PME

Si la transformation digitale est un processus qui doit venir de l’intérieur afin de s’assurer qu’il soit bien adopté, il ne faut pas hésiter à se faire accompagner par un professionnel. Cela permettra de lever les freins traditionnels que rencontrent les petites et moyennes structures :

Se rassurer sur les craintes que l’on peut avoir sur la complexité d’un projet de digitalisation

Si la meilleure chose à faire et d’en parler avec ceux qui l’ont déjà fait, attention à bien s’adresser à des entreprises qui ont des structures et des problématiques équivalentes. Il n’y a pas de solution unique qui réponde à tous les cahiers des charges, chaque entreprise est différente et les besoins en digitalisation sont complètement variables. Investir dans un CRM performant peut sembler une évidence pour une entreprise de services à la personne, alors que pour une boulangerie un système de gestion des stocks sera bien plus opportun.

Savoir concrètement pourquoi on se lance dans un projet de digitalisation est crucial pour que cette digitalisation serve ses objectifs : simplifier vos processus et régler d’éventuels problèmes pour vous permettre d’être plus efficace et plus rentable. Bien affiner la définition de ses besoins contribue au succès de la mise en place de solutions adéquates.

Établir une corrélation entre les investissements à réaliser et les bénéfices à en attendre

Le monde du digital est en constante évolution et de nouvelles solutions arrivent sur le marché tous les jours, il est donc très facile de s’enthousiasmer. La plupart d’entre nous ne sommes pas ingénieur automobile, cependant, lorsqu’il s’agit de choisir un véhicule pour des visites client, nous savons que la Bugatti, même si c’est la voiture la plus rapide du marché, ne nous servira à rien pour augmenter les ventes. Nous opterons pour une voiture qui peut être mise entre toutes les mains, économique à entretenir, facile à garer, et qui a un coffre qui puisse contenir les échantillons à montrer au client.

En d’autres termes, vous avez besoin d’une solution qui réponde à vos besoins et problèmes spécifiques et si c’est le cas du système qui vous est proposé, vous n’aurez pas trop de mal à comprendre les bénéfices qu’il y a à en attendre.

Gérer le manque de compétences digitales en interne

Il est compliqué de demander à ses collaborateurs de gérer la présence en ligne de l’entreprise s’ils n’ont aucune notion de web marketing. Cela n’implique pas pour autant de renvoyer tout le monde sur les bancs de l’école pour se former.

Il faut savoir prendre le temps de bien démarrer. Un bon point de départ peut être d’identifier un collaborateur qui a une appétence pour le digital et proposer de le former. Il pourra ensuite servir de référent dans le projet de digitalisation et d’ambassadeur auprès de ses collègues.

Une fois les systèmes mis en place, une partie des tâches, comme la gestion d’un site web, par exemple, peut être temporairement externalisée puis progressivement réintégrée dans l’entreprise au fur et à mesure que les collaborateurs gagnent en autonomie.

Se digitaliser, et après ?

Soyons clairs, digitaliser son entreprise, c’est un peu mettre la main dans l’engrenage, on n’investit pas dans des solutions digitales comme on le ferait pour un outil industriel. La digitalisation de la société a amené un changement total du cadre de références. Si le savoir-faire, les compétences et l’expérience métier sont toujours ce qui fait vendre vos produits et vos services, il faut savoir les adapter à l’évolution des besoins de vos clients.

La bonne nouvelle, c’est que les outils digitaux sont évolutifs et adaptables : ils s’ajustent à l’infini aux fluctuations et à l’évolution des besoins de votre activité. Vous devez apprendre à ne plus vous adapter à vos outils, mais à faire en sorte que ce soient eux qui s’adaptent à ce que vous voulez qu’ils fassent. Ils sont au service de vos objectifs d’entreprise. A vous donc de les intégrer dans vos réflexions stratégiques, vous n’allez tout de même pas adapter la taille de vos échantillons au coffre de la Bugatti ?

bugatti-1672979_1280

 

 

Rédaction des contenus du nouveau site SOS Droits des Patients

Leave a comment
Content Therapy / Références

Lors de la refonte de son site, SOS Droits des Patients a fait appel à mes services pour en réaliser la rédaction optimisée pour le référencement. Nous avons démarré le projet avec une recherche de mots clés et une stratégie de référencement local que nous avons ensuite intégrés dans les contenus du site.

Après quelques semaines, on remarque une augmentation du trafic d’environ 30% par rapport à l’année passée et une nette augmentation des prises de contact par mail et par téléphone.

Le référencement ou comment ne pas rester isolé sur la toile

Leave a comment
A la une / Content Therapy

Vous avez créé votre site web, vous y avez passé du temps (et peut-être de l’argent), il est très beau, très pro, mais personne ne vient le voir, pourquoi ? Vous avez peut-être un problème de référencement.

Il ne suffit pas de publier un site, aussi parfait soit-il, pour que les gens viennent le voir, il y a quelques étapes à franchir avant de pouvoir caracoler sur la première page de Google. Car c’est ça le référencement, c’est faire en sorte que votre site soit visible sur les moteurs de recherche.

Étape 1 : L’indexation

Si votre site n’est pas indexé par les moteurs de recherche, il n’y a aucune chance que les internautes ne vous trouvent. Le seul moyen d’accéder à un site non encore indexé est d’en connaître l’url.

Comment savoir si votre site est indexé ? Il vous suffit d’en taper l’url ou le nom dans la barre de recherche de Google. S’il remonte en résultat, c’est qu’il est indexé, s’il ne remonte pas, il va falloir vous armer d’un peu de patience et attendre que le robot du moteur de recherche vous trouve. On ne peut pas savoir combien de temps dure une phase d’indexation de site, en revanche, il y a des techniques pour faire en sorte qu’elle soit la plus courte possible.

  • Soumettre l’url de votre page d’accueil à Google 
  • Faire en sorte que des sites déjà indexés aient des liens qui pointent vers le vôtre ; en plus d’accélérer l’indexation, c’est bon pour votre référencement

Étape 2 : La stratégie de mots clés

jelleke-vanooteghem-488228-unsplash

Revenons brièvement sur le fonctionnement du moteur de recherche : de façon très basique, vous tapez une requête dans la barre de recherche et le moteur va rechercher dans sa base de données des correspondances. Bien sûr, il va retenir d’abord les résultats qui contiennent les termes exacts de votre recherche et dans ces résultats, il va retenir ceux qui lui semblent les plus pertinents parce qu’ils viennent de sites très populaires, parce que le contexte du site est pertinent, …

Ceci implique plusieurs choses :

  • Plus vous vous positionnez sur des termes génériques et plus vous avez de concurrence, souvent de sites déjà bien établis et beaucoup plus gros que le vôtre
    Se positionner sur un seul mot sera générique, comme “voiture” par exemple. Vous allez donc opter plutôt pour une requête plus complexe, une suite de mots (longue traîne), comme “concessionnaire voitures Rouen”
  • Vous allez devoir définir un angle qui vous permettra de vous différencier de vos concurrents. Vos activités de niche peuvent être un bon levier de différenciation sur les moteurs de recherche. Par exemple, pour reprendre l’exemple plus haut, “concessionnaire voitures électriques Rouen”
  • Le moteur de recherche va rechercher en fonction de la requête de l’internaute et non de votre jargon interne, prenez donc le temps de vous poser la question de comment vos clients et prospects parlent de vos produits.
  • Votre client est rarement un grand expert de vos produits, ses requêtes vont souvent correspondre aux questions qu’il se pose à leur propos. Écoutez vos clients et parlez à votre service client si vous en avez un, ils vous seront d’une grande aide pour définir votre stratégie

Une fois que vous aurez défini un angle et affiné le vocabulaire utilisé par vos clients et prospects, vous serez prêts à définir votre stratégie de mots clés. Grâce aux divers outils SEO disponibles (comme Google Keywords Planner par exemple), vous pourrez valider et étoffer votre liste mots clés.

Autres outils faciles à utiliser et qui peuvent être intéressants :

  • Google trends
  • Les suggestions lorsque vous tapez une requête dans la barre de recherche Google
  • Les recherches associées en bas de la page de résultats

Par ailleurs, vous pouvez trouver tout un tas d’outils gratuits pour votre recherche de mots clés, mais attention à la pertinence des requêtes que l’on vous propose et à ne y passer tout votre temps.

Étape 3 : La structure de votre site et de vos pages

bruno-abatti-116234-unsplash

Une bonne règle de base pour démarrer, c’est de se mettre à la place de la personne qui va visiter votre site. Vous vous êtes déjà demandé quel vocabulaire il utilisait et quelles étaient ses questions à propos de votre offre, vous savez donc ce qu’il cherche.

Vous devez donc maintenant faire en sorte qu’il trouve la réponse à sa question du premier coup d’oeil et qu’il comprenne ce qu’il doit faire ensuite (accéder à une information connexe, commander, vous contacter, …)

Un parcours de navigation clair facilite la vie de l’internaute et celle du robot : ils comprennent rapidement de quoi vous parlez et ce que vous attendez d’eux.

Il existe également une partie technique à l’optimisation de votre site, mais si vous avez utilisé un template du type WordPress ou Wix, le code est déjà optimisé.

Étape 4 : Le bon fonctionnement et la fraîcheur des informations

Nous sommes tous agacés par un lien cassé, la fameuse page 404, les robots aussi ! Pensez à consacrer un peu de temps à vérifier que tout fonctionne bien sur votre site et tant que vous y êtes, mettez vos informations à jour. Personne ne fait confiance à site dont la dernière actu remonte à 2014…

Si vous avez un site Wix ou WordPress, vous avez des outils d’analyse à disposition pour relever les éventuels liens cassés. Sinon, il y a des petits outils gratuits comme Siteliner, par exemple, qui vous aideront à trouver ce qui pêche sur votre site.

Étape 5 : Le netlinking

Le netlinking, c’est créer des liens (hypertextes) et il y en a de deux sortes :

  • Les plus faciles, sont ceux de votre maillage interne. A l’intérieur de vos textes ou sur vos photos, vous allez créer des liens qui renvoient vers d’autres parties de votre site qui sont pertinentes avec ce que l’internaute est en train de regarder. Cela a deux avantages : d’abord, il garde l’internaute sur votre site et ensuite, il aide le robot de référencement à comprendre le contexte de votre site. Le maillage interne contribue à fluidifier la navigation sur votre site.
  • Les plus difficiles, mais les plus efficaces pour votre référencement : les liens externes ou backlinks. Plus vous aurez de sites qui pointent vers vous, plus votre niveau de confiance augmentera. Mais attention à la pertinence de vos liens avec votre activité. Par exemple, pour notre concessionnaire de voitures électriques à Rouen, ce sera un lien depuis un article dans un journal local ou depuis le blog d’un passionné d’automobiles. Il n’y a pas d’outils pour acquérir des liens de valeur, il va donc falloir faire jouer vos relations et publier du contenu intéressant que les gens voudront partager.

 

brandon-wong-421609-unsplash

Je vous ai présenté ici les bases du SEO ; maintenant, à vous de jouer ! Gardez deux choses à l’esprit  :

  • Vous vous adressez principalement à des personnes
  • Le SEO c’est un peu de savoir-faire et beaucoup de bon sens

Si malgré tout vous avez besoin d’un coup de main pour démarrer ou si vous n’avez pas le temps de vous en occuper, contactez moi!

Créer son site web : faire ou faire faire, les clés pour prendre la bonne décision

Leave a comment
Content Therapy

Vous êtes entrepreneur, dirigez une TPE/PME ou lancez votre projet d’entreprise. Vous créez votre site web, mais votre budget est serré et vous comptez faire vous-même tout ce qui ne nécessite pas absolument d’être sous-traité.

Après tout, on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même, mais attention, parfois les petites économies réalisées en amont peuvent engendrer des coûts, parfois conséquents, sur la durée. En fonction des objectifs que l’on se fixe, des connaissances que l’on possède, de son budget et de son domaine d’activité il est parfois plus judicieux de faire appel à des professionnels. C’est pour cela qu’il faut bien réfléchir avant de se lancer !

Ce qu’il faut savoir lorsqu’on réalise son site web soi-même

Si on a le temps et la motivation, on peut se former à la programmation, sinon il existe des éditeurs de site Internet, comme Wix et WordPress. Ces éditeurs permettent de réaliser gratuitement un site web à partir de modèles pré-formatés et adaptables, aucune connaissance de programmation n’est nécessaire.

Ce qu’il faut savoir, c’est que bien que l’éditeur soit gratuit et relativement facile à utiliser, vous allez y passer pas mal de temps. Vous aurez besoin de :

  • Prendre en main l’outil qui, bien que simple, n’est pas toujours évident pour tous
  • Adapter un modèle qui n’a pas été pensé pour vos besoins
  • Repasser sur les pages déjà montées plusieurs fois pour corriger les petites erreurs dont vous vous rendrez compte au fur et à mesure
  • Optimiser la structure et le contenu pour un bon référencement (SEO)

En parlant de contenus, les éditeurs de site web ne vous les fournissent pas. Vous allez devoir trouver les images qui iront bien avec votre mise en page et les adapter aux formats requis sur votre modèle de site. Vous devrez également produire les contenus éditoriaux qui devront être adaptés au format du site, à la lecture sur écran et rédigés pour être bien référencés par les moteurs de recherche.

Préparez-vous donc à y consacrer quelques weekends, et à moins d’avoir l’œil d’un graphiste et la plume d’un rédacteur, il y aura toujours des petits détails qui feront que le résultat ne sera pas complètement professionnel.

A chacun son métier et le web n’est pas le vôtre, ce qui peut aussi vouloir dire que vos clients et prospects n’attendent pas de vous un site parfait. Clarifiez pourquoi vous avez besoin d’un site web, et ce que vous attendez de lui, cela vous aidera à décider si vous pouvez vous en charger ou s’il vaut mieux faire appel à professionnel.

sticky-note-681016_1920

Pour ne rien oublier, faire le cahier des charges de son site web

Établir un cahier des charges détaillé est indispensable si vous faites appel à un professionnel. Il vous permettra d’obtenir un devis précis, de bien cadrer la mission, et de faire le suivi. Si vous vous posez la question de réaliser votre site vous-même, mettre par écrit tout ce que cela implique vous aidera à orienter votre choix afin d’utiliser votre temps le plus efficacement possible.

Voici les points principaux à aborder avant de se lancer :

  • La fonction principale de votre site : vitrine, e-commerce, réseau, …
  • Les objectifs que vous vous fixez : image, recrutement, vente, … Un site e-commerce va faire tout son chiffre d’affaire en ligne, l’effort que vous y mettrez sera bien plus important que si votre objectif est que vos clients puissent trouver votre numéro de téléphone en ligne
  • Les fonctionnalités que le site doit comporter : prise de contact, géolocalisation, login, …
  • Une ébauche de votre arborescence pour évaluer les besoins en contenus (les cartes heuristiques fonctionnent très bien pour cet exercice)
  • La liste des sites qui vous font rêver, pour l’inspiration
  • La liste des sites de vos concurrents pour relever les codes de la profession et les leviers de différenciation à activer
  • Votre MVP (minimum viable product) : le minimum nécessaire pour pouvoir mettre votre site en ligne
  • Vos délais

Avec votre cahier des charges vous pourrez vous faire une idée précise de ce dont vous avez besoin et évaluer si vous serez en mesure de le réaliser vous-même ou pas.

Sous-traiter tout ou partie de son site

On retrouve des similarités de vocabulaire dans la réalisation de sites web et la construction de bâtiments. La structure est réalisée par un architecte, l’organisation interne du site par un designer et tout cela est souvent piloté par un maître d’oeuvre (MOA). Comme pour la construction, on peut acheter du préfabriqué, faire sa déco soi-même et gérer en direct les différents corps de métier.

Selon l’ampleur du projet, ses propres capacités et son budget, on fera un arbitrage sur ce que l’on fait soi-même et ce que l’on sous-traite.

Se faire livrer un site web clé en mains

C’est le travail des agences digitales. Elles prendront votre cahier des charges et réaliseront un site web selon vos spécifications : sur mesure pour vos besoins ou sur WordPress pour plus d’autonomie à l’utilisation. Les agences agissent en maître d’œuvre, elles coordonnent tous les corps de métier, qu’elles les aient en interne ou qu’elles les sous-traitent. Vous bénéficiez ainsi de leur réseau professionnel et n’avez qu’un seul interlocuteur.

La tranquillité a bien sûr un prix et comme il peut être conséquent, il ne faut pas s’engager à la légère. Il y a beaucoup d’acteurs sur ce marché et la qualité est inégale, n’hésitez pas à comparer et à demander des références ou à vous faire recommander une agence par votre réseau.

Gérer sa maîtrise d’œuvre

La solution intermédiaire consiste à engager des professionnels pour les différents besoins : un programmeur, un designer web, un rédacteur, … L’organisation est beaucoup plus souple qu’avec une agence, mais la coordination vous revient, il est donc important de bien vous documenter au préalable pour bien comprendre qui fait quoi et pourquoi. Si vous ne comprenez rien au web, n’hésitez pas à vous faire aider par un MOA freelance.

Un petit truc qui peut vous servir : beaucoup de professionnels du web ont eu une autre vie avant. En entreprise ou en agence, ils sont souvent passés par la gestion de projet. Lisez les profils, vous pourriez trouver quelqu’un qui vous fait du 2-en-1 ou du moins qui soit capable de vous parler dans une langue que vous comprenez. On trouve des profils de freelance sur LinkedIn et sur diverses plateformes spécialisées comme Malt, par exemple.

Les tarifs sont variables selon le domaine et le niveau d’expérience. L’offre étant extrêmement vaste, là aussi, n’hésitez pas à demander des références ou l’avis de votre réseau.

Sous-traiter partiellement

Vous pouvez vous faire aider sur n’importe quelle partie de votre projet, il existe un professionnel pour tout. Comme précédemment, vous le trouverez sur les plateformes de freelance ou par votre réseau.

Les métiers du web sont multiples :

  • Programmeur
  • Designer
  • Rédacteur
  • Référenceur
  • Graphiste

Un cahier des charges bien rédigé vous permettra de bien identifier votre besoin et de cadrer la mission de votre prestataire.

one-way-street-1991865_1920

Comment décider ?

Il est difficile de généraliser, mais si l’on caricature un peu, vous pouvez envisager de créer votre site web vous même si :

  • vous êtes à l’aise avec l’outil digital
  • vous avez le temps
  • seulement une faible proportion de votre chiffre d’affaire est générée par Internet
  • votre site est une vitrine, il comporte peu de fonctionnalités
  • votre activité n’est pas principalement basée sur l’image (vous ne faites pas de branding)

Dans le cas où l’un ou plusieurs de ces points ne vous seraient pas applicables, vous devriez sérieusement envisager de vous faire accompagner, un site mal exécuté peut

  • poser des problèmes techniques qui peuvent compromettre la marche de vos activités (dans le cas d’un site e-commerce particulièrement)
  • engendrer des procédures légales (droits d’auteur, conditions de vente en ligne, …)
  • endommager votre image

Et donc vous coûter plus d’argent que le prix d’un site bien réalisé par des pros.

J’espère que cet article vous a aidés à y voir plus clair. N’hésitez pas à me laisser un commentaire ou à me contacter si vous avez des questions !

Comment bien référencer son site quand on n’y connait rien: les basiques en 6 étapes

comment 1
Content Therapy

Rentabiliser son site web lorsqu’on est une petite entreprise avec des budgets digitaux limités peut se faire sans avoir recours à un spécialiste, mais cela requiert d’exécuter les basiques de la présence web correctement.

On parle ici de référencement naturel ou gratuit, c’est à dire qu’on ne paie rien à Google pour être référencé, mais il faut cependant disposer de temps et avoir un minimum d’appétence pour l’outil digital.

Que vous souhaitiez vous occuper de votre référencement vous-même ou que vous préfériez le faire faire par un pro, il est toujours utile de comprendre de quoi on parle. Afin de vous aider à mieux comprendre, voici une démarche en 6 étapes sous forme de cas pratique :

Pierre est architecte d’intérieur et s’occupe principalement de projets de rénovation et transformation d’appartements dans Paris intra-muros. Son site web est sa vitrine et il y publie ses réalisations ainsi que les tendances déco du moment. Il lui sert principalement à rassurer ses prospects, puisque 80% de ses contacts viennent par le  bouche-à-oreille.

Etape 1 – Bien référencer son site web pour qui, pourquoi et pour quels objectifs?

La question peut paraître évidente, mais souvent la réponse est beaucoup trop vague : je veux être en première page de Google. C’est une belle ambition, mais pour quelles requêtes ? dans le monde entier ? votre région? votre ville? En se fixant des objectifs bien définis et réalistes, on gagne beaucoup de temps et d’argent.

Pour revenir à Pierre, son site d’architecture d’intérieur va cibler principalement :

  • les propriétaires d’appartements
  • à Paris
  • qui souhaitent faire des travaux chez eux mais ne souhaitent pas s’en occuper eux-même

Son objectif va être d’augmenter son taux de conversion sur les prises de contact web en améliorant son ciblage.

Pierre va donc devoir travailler sur les requêtes que tapent ses cibles lorsqu’elles recherchent des informations sur son activité. En d’autres termes, il va définir sa stratégie de mots clés.

Etape 2 – Définir une stratégie de mots clés pertinente

fullsizeoutput_6e7bComme le métier de Pierre est de décorer des appartements et non le référencement naturel, il va se limiter à quelques requêtes pertinentes qui ne soient pas trop génériques. Ceci lui permettra d’obtenir des résultats rapidement sans y passer trop de temps.

Par exemple, s’il choisit le terme “décoration”, il va se retrouver en concurrence avec des magazines de décoration et les grandes surfaces de bricolage, il aura donc peu de chances de se positionner sur ce créneau.

S’il adopte plutôt une stratégie de niche il pourra choisir des mots clés moins concurrentiels et qui correspondent à une partie bien précise de son métier comme, par exemple, “aménagement de petits espaces à Paris”.

Son trafic sera bien sûr beaucoup plus faible que s’il se pouvait se positionner sur une requête comme “décoration”, mais son taux de conversion sera plus importants puisque les visiteurs qui arriveront sur son site trouveront exactement ce qu’ils cherchent.

Comme on ne peut pas utiliser les mots clés sans contexte, une fois la stratégie de mots clés définie, il faut l’insérer dans une stratégie de contenu.

Etape 3 – Définir une stratégie de contenus pour accompagner son référencement

Les moteurs de recherche scannent tout le contenu des sites web pour établir une cohérence avec le mot clé. Il ne suffit donc pas à Pierre d’indiquer qu’il aménage des petits espaces parisiens dans la liste de ses prestations pour être bien référencé.

Afin de rassurer Google (et l’internaute), Pierre va créer une page qui explique en quoi consiste la prestation d’aménagement de petits espaces et ajouter des photos de ses réalisations. Il peut aussi rédiger un article traitant de la façon d’optimiser les petits espaces dans la partie blog de son site.

Il peut aller encore plus loin en mettant en place une stratégie de de réseaux sociaux et de e-RP, en proposant par exemple ses contenus à des blogs ou des magazines spécialisés. Plus il diffusera son contenu, plus il aura de chances d’attirer les gens sur son site et, par conséquent, de faire progresser son référencement. C’est un cercle vertueux.

Pierre va également établir un calendrier éditorial. Cela lui permettra

  • d’avoir une bonne vision de ses prises de parole au cours de l’année
  • de ne pas rater un temps fort
  • de s’assurer qu’il y a du contenu frais régulièrement sur le site, ce qui est aussi un critère important pour les moteurs de recherche.

Etape 4 – Bien structurer son site et ses pages pour une compréhension au premier coup d’oeil

Pour faciliter la vie de tout le monde, Pierre a réfléchi à un parcours de navigation clair. Attention, tout le monde n’entre pas par la page d’accueil, il faut donc s’assurer que quelle que soit la page d’entrée sur le site, le visiteur sait où il se trouve et où il doit aller.

En termes de navigation, cela signifie que  :

  • Le menu de navigation principal est simple et clair (et toujours présent)
  • Les sous-menus peuvent être un peu plus détaillés, mais il ne faut pas en abuser
  • Il y a des liens hypertextes renvoyant à d’autres parties du site (maillage interne)
  • Il y a un fil d’Arianne si le site comporte un nombre important de pages
  • Il y a des “call to actions” (boutons proposant une action que l’on veut que l’internaute effectue, comme “Contactez nous”)

En termes de structuration du contenu, il faut garder à l’esprit que les pages sont écrites être lues sur écran. Elle doivent pouvoir être “scannées” par le lecteur, et pour cela elles elles doivent comporter :

  • Des sous-titres (qui serviront également de balises utiles au référencement)
  • Des listes à puces ou numérotées
  • Des illustrations et des photos
  • Des mises en avant des informations importantes

Etape 5 – Bien structurer son site et ses pages pour le robot de référencement

Les choses sont relativement bien faites, puisqu’un contenu bien structuré pour le lecteur, l’est généralement aussi pour le robot de référencement. Il ne reste plus qu’à renseigner les balises, titres et descriptions SEO et tout ce qui peut aider le robot à comprendre de quoi traite le contenu.

La plupart des CMS (WordPress, Wix,…) comportent des champs SEO dans leur interface de contribution :

  • Le titre SEO qui apparaît sur la page de résultats Google, dans l’onglet du navigateur ou lors du partage de la page
  • La description SEO qui apparaît dans les résultats de recherche, c’est le pitch pour faire cliquer
  • Les balises titres qui sont à l’intérieur du texte (titre et sous-titres organisés en balises Hn) et que le robot scanne en premier
  • Les noms et balises des images
  • Les URL
  • La sitemap

La première chose à faire est de s’assurer que tous les champs sont renseignés correctement et ensuite, qu’ils comportent les mots clés sur lesquels on veut positionner.

Etape 6 – Définir une stratégie de liens externes : les backlinks

L’un des outils les plus puissants pour le référencement naturel, c’est le backlinking. Ce sont les liens externes qui renvoient vers votre site. Pour que cela fonctionne, ces liens doivent venir de sites pertinents avec votre activité.

Pour reprendre notre exemple, des liens de valeur pour le site de Pierre peuvent venir de :

  • blogs de décoration
  • magazines de décoration
  • d’artisans et maîtres d’oeuvre travaillant avec lui
  • de boutiques de matériaux ou de déco

Comme on ne peut pas acheter ce type de liens, il va falloir définir une stratégie pour en obtenir et cela peut s’avérer long et compliqué. Nous n’allons pas nous pencher dans le détail des e-RP, mais il y a des actions relativement accessibles. Pierre peut par exemple :

  • produire des contenus qui se partagent, comme de belles photos de ses réalisations
  • partager ses contenus sur des réseaux sociaux pertinents comme Pinterest ou Instagram
  • s’inscrire sur des annuaires professionnels, portails et plateformes en rapport avec son activité, comme Houzz par exemple

Nous voilà au bout d’un tour d’horizon rapide du référencement naturel, si vous avez du temps et êtes un peu curieux, vous trouverez toutes sortes de trucs et astuces pour bien vous référencer en cherchant un peu sur Internet.

Si au contraire, vous êtes arrivé en bas de cette page et le référencement vous paraît toujours aussi compliqué, c’est peut-être que vous avez besoin d’un petit coup de pouce, alors n’hésitez pas à me contacter.

 

Le contenu web, c’est quoi et à quoi ça sert ?

A la une / Content Therapy

Je suis content, tu es content, tout le monde est content. On entend beaucoup parler, de stratégie de contenu, de content management, de content marketing, etc. mais finalement, c’est quoi ce contenu web (ou content) dont tout le monde parle?

Vous créez du contenu avec l’intention de produire une réaction chez celui qui le consomme : l’envie d’en savoir plus, la nécessité de vous contacter, le besoin urgent de commander, commenter, partager… 

Le contenu web, c’est quoi?

Une définition basique : le contenu c’est tout ce qui peuple un support de communication, textes, photos, vidéos, etc. Pour aller un peu plus loin : le contenu sert à atteindre un objectif de communication que l’on a défini au préalable, par le biais d’un canal de communication et d’un format les plus pertinents pour faire faire ce que l’on souhaite à la cible choisie.

C’est de la communication en somme, alors pourquoi inventer une nouvelle terminologie pour faire ce que l’on faisait déjà avant? Parce que ce n’est pas tout à fait ce que l’on faisait avant ; là où les possibilités de communication se limitaient à quelques options descendantes vers une audience plus ou moins indifférenciée et captive (TV, radio, presse, affichage,…), nous avons aujourd’hui accès à des média ultra ciblés, interactifs et intelligents.

Si les principes généraux de communication restent les mêmes, il est devenu nécessaire de moduler et d’adapter les contenus pour pleinement tirer parti des nouveaux média et pour répondre à l’évolution technologique, notamment celle des algorithmes de recherche et de référencement (content marketing). La notion de contenu, elle-même, ne présente donc rien de neuf, ce sont plutôt sa production et sa gestion qui sont devenues plus complexes, la transformant en un sujet d’expertise à part entière (content management).

Le contenu web, à quoi ça sert?

La fonction première du contenu est donc de communiquer un message et pour cela, il doit être :

    • Vu
    • Lu/regardé/écouté
    • Compris

Le contenu au service du référencement (SEO) pour être vu

human-2944064_1920

Qu’il s’agisse du contenu de votre site web ou du contenu que vous diffusez sur un blog ou des média sociaux, pour être utile, il doit être vu par vos cibles. Les outils digitaux permettent à l’internaute de faire des recherches thématiques extrêmement fines et à l’annonceur, de faire un ciblage très précis en fonction des requêtes et des habitudes de navigation des internautes. Pour que ce système fonctionne, il faut faire en sorte d’avoir une cohérence entre ce qui est recherché et ce qui est trouvé (vu).

Un contenu bien exécuté va aider les algorithmes de recherche à déterminer le sujet de ce que vous publiez et sa pertinence avec la requête ou les habitudes de navigation de l’internaute, pour décider s’il le fait apparaître dans les résultats de recherche ou sur un fil d’actualité. On va parler ici d’optimisation de référencement naturel ou SEO.

Un bon référencement vous permet d’être vu par vos cibles et augmente la probabilité que votre message soit entendu.

Un contenu de qualité pour faire entendre son message

La première étape est accomplie: votre contenu est pertinent avec la recherche de l’internaute, votre cible a cliqué. Il s’agit maintenant de la faire rester sur votre contenu afin de pouvoir lui transmettre votre message. Pour cela vous ne disposez que de quelques secondes, par conséquent la forme de votre contenu doit être :

      • Structurée de façon à faciliter la compréhension – un seul coup d’oeil suffit à votre visiteur pour comprendre de quoi vous parlez et ce vous attendez de lui
      • Attractive et esthétiquement plaisante – même (surtout) un contenu très technique est plus agréable à consommer quand il est joliment présenté
      • Adaptée à la lecture/visualisation sur les différents types d’écran – personne ne va faire l’effort de lire ce qui est illisible
      • Adaptée au canal de communication choisi – texte, accroche, visuel, vidéo,… pas de “taille unique” pour les contenus du web
      • De bonne qualité – indispensable pour votre image et pour inspirer confiance

Un contenu pertinent et bien exécuté sera entendu par vos cibles. Il faudra ensuite vous assurer qu’elles feront ce que vous attendez d’elles.

Un contenu efficace qui favorise la conversion

questions-2245264_1920

Tout d’abord, un petit rappel: le web est un outil interactif.

Vous créez du contenu avec l’intention de produire une réaction chez celui qui le consomme : l’envie d’en savoir plus, la nécessité de vous contacter, le besoin urgent de commander, commenter, partager…

Ne laissez pas votre cible désoeuvrée une fois arrivée en bas de la page, indiquez lui ce le chemin à suivre en ajoutant des liens vers d’autres pages, des boutons, des informations de contact, etc. On produit rarement un contenu isolé, il s’inscrit généralement dans un écosystème dans lequel les différents contenus sont interdépendants (content marketing).

Plus l’organisation de votre contenu à l’intérieur de votre écosystème digital (votre site, vos réseaux sociaux, vos newsletters, …) sera pertinente, ergonomique et cohérente, plus votre contenu sera efficace pour convertir vos visiteurs en prospects et vos prospects en clients (content management). Vous avez l’impression que votre site ne performe pas comme il le devrait ou vous avez besoin d’aide pour démarrer? N’hésitez pas à me contacter, je serai très content de vous aider à optimiser votre contenu.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Externaliser sa rédaction de contenus, pourquoi et comment?

comments 3
Content Therapy

Vous avez créé votre site web, ouvert vos comptes sociaux et, pourquoi pas, décidé de créer un blog de marque. Vous voilà naviguant sur les eaux troubles du marketing digital et vous vous êtes peut-être même laissé charmer par les sirènes du clic pas cher et du référencement facile.

Le marketing de contenu (inbound marketing) présente l’avantage de ne pas être invasif et d’être plus ciblé puisque son but est d’attirer le visiteur grâce à un référencement de qualité (aux bons endroits et sur les bons mots clés) et grâce à des contenus qui vont intéresser, informer ou distraire l’internaute grâce à leur qualité et leur pertinence.

Pour faire cela, il n’y a pas de formule magique. Produire du contenu de qualité est chronophage et demande des compétences particulières ; de plus, ses effets positifs s’inscrivent dans la constance et la durée et son ROI est souvent difficile à mesurer.

Cela ne signifie pas cependant qu’il ne faut pas le faire, mais on n’est pas obligé de tout faire (site, réseaux sociaux, blog,…) et il est parfois sage de se faire accompagner, ne serait-ce qu’au démarrage, pour être sûr de partir du bon pied et se laisser le temps d’acquérir les compétences en interne.

 

Pourquoi externaliser la rédaction de contenus digitaux?

Les équipes marketing et/ou communication sont généralement bien occupées avec la veille, le développement et les lancements ; la création de contenus est souvent un “nice to have” que l’on traite quand on a le temps. Et même si on a le temps et les compétences éditoriales, la rédaction pour le web nécessite en plus certaines compétences particulières :

  • le style éditorial et la mise en page spécifiques aux différents supports (site web, blog, réseaux sociaux)
  • l’optimisation du contenu pour un bon référencement (mots clés, balises, url,…)
  • quelques connaissances techniques afin de pouvoir assurer la publication et effectuer un suivi des performances

L’externalisation de la rédaction de contenus présente donc des avantages certains. Un professionnel sera en mesure de rédiger des contenus qui seront visibles (SEO), favoriseront l’image de marque par leur qualité et généreront un retour sur investissement en développant l’activité.

On peut ajouter à cela d’autres avantages non négligeables:

  • Le rédacteur externe étant étranger au jargon de l’entreprise et souvent même au secteur sera en mesure de produire un discours plus informatif que promotionnel et par conséquent plus digne de confiance dans l’esprit de l’internaute
  • Une production externalisée permettra une gestion plus flexible des besoins
  • Un professionnel pourra proposer une production plus régulière, plus cohérente et plus rapide

Comment créer une relation de qualité avec son rédacteur?

Pour produire un contenu de qualité, il faut faire coïncider la forme et le fond: un bon rédacteur web vous garantira des contenus pertinents et performants si vous mettez à sa disposition toutes les informations pertinentes sur vos clients, produits, marché et toute autre information utile sur votre entreprise et son activité.

Un rédacteur qui vous comprend pour un contenu qui vous ressemble

Une fois que vous vous serez assuré des compétences professionnelles et de la fiabilité des candidats à la sous-traitance, choisissez celui avec qui vous avez un bon feeling plutôt que le spécialiste de votre secteur. Vous allez passer pas mal de temps avec lui et il vous faut du contenu original qui vous ressemble.

Bien exprimer ses besoins: un bon brief

C’est encore vous qui êtes le mieux placé pour parler de vos produits ou services. Le rôle d’un rédacteur externe consiste à vous accompagner dans l’expression de votre expertise et de votre spécificité. La qualité de la rédaction étant équivalente à la qualité du brief que vous lui aurez donné, n’hésitez pas à passer un peu de temps à expliquer en amont, cela vous évitera de perdre du temps en multiples corrections en aval.
Vous avez bien compris, faire du contenu requiert du temps et de l’argent et cela, quelle que soit la solution que vous choisissez. Il est donc crucial de bien définir les objectifs que vous cherchez à atteindre et le budget que vous voulez y consacrer. Le blog de marque ou la présence sur les réseaux sociaux n’est peut-être pas indispensable, n’hésitez pas à demander l’avis d’un content manager afin d’établir une stratégie de contenus adaptée à vos besoins et à vos moyens.